Scole di walon Lucien SOMME     NAMUR

École de wallon

Programme

Les cours

Les tables de wallon

Inscriptions

Le calendrier

Une petite idée...

Textes de nos élèves

Leçons avec le son

Lucien Somme

poésies de Lucien

Hommages à Lucien

Divers

nosse lingadje

li bia bouquèt

enseignement officiel

Cartes de voeux

diplomes 2013

Waufes

Taute à l' djote

Serdu

djeu dèl caracole

Liens

Contacts

Qui sommes-nous

Légalité


École de wallon. Programme. Le calendrier. Une petite idée.... Lucien Somme. Divers. Liens. Contacts.

Plan complet du site

.

Nosse lingadje

C’è-st-on foû bia lingadje qu’on cause après nos-ôtes
Qui nos conte sès racènes au d’ truviè d’ sès patwès.
I cause come one tchanson èt sint bon come one vôte,
I d’chind dins vosse gosî come on vêre di pèkèt.

Do fond dèl Picardîye jusqu’au coron dès Fagnes
È tot choûtant causer lès djins d’ nosse Walonîye
Vos crwêrîz qu’on bon vint s’a pris dins l’ bwès d’ Marlagne
Èt qu’il ènn’a rèchu one tote bèle mèlodîye.

Èt dins ç’ bia lingadje-là qu’a l’ coleûr di l’Ârdène
Wèyoz nos Blancs Moussîs ou nos spitants Chacheûs  ;
Gostoz nos miscoterîyes, nos-orèyes di bèguènes
Oyoz nos p’tits mouchons, choûtoz l’ crotchèt-vîdjeû.

Chaque patwès sès ritchèsses po çu qu’i-gn-a à dîre,
Gn-a saquants difèrinces di Lîdje à Châlèrwè,
Mins faut yèsse pêrcé fwârts po conèche lès frontîres
N’s-èstans tot l’ minme tortos, dès-èfants da Tchantchès.

On lingadje plin d’imaudjes, po nos bin fé comprinde
C’èst l’ maniére da nos-ôtes di dîre à môde di djins.
Nos-avans on lingadje qui mèrite qu’on l’ disfinde
Avou tos sès r’vazîs po l’ flori simplumint.

C’è-st-on tot p’tit lingadje qu’a passé l’Atlantique
Po qu’ nos tayons cinsîs î vayenuche fé leû nid
Èt waurder bin vikants lès mots èt leû musique
En s’ rachonant al chîje tot causant d’ nosse payis.

C’è-st-on paurladje qui mûwe come on tauvia d’ârtisse
Èt maugré tot faît rîre èt sint voltî vos pîds
Vos-aprind nos-ûsances, qui cause avou franchise
Mins tchante come one faubite quand on l’ maîstri voltî.

C’èst dîre qu’ c’è-st-à maulvau si on l’ riwaîte di crèsse
C’è-st-on foû grand lingadje qu’on-z-a traîtî di p’tit
Portant quand on l’ conèt, c’è-st-one fameûse ritchèsse.
C’è-st-on grand lîve d’istwêre, d’ûsances di nosse payis.

Èt dès corons d’ Mâmedi tot d’chindant j’qu’à Djodogne
On dîreûve qui lès mots d’ nosse pitite Walonîye
Tot passant pa Nameur, Châlèrwè ou Bastogne,
Âront faît su pont d’ timps one tote grande sinfonîye.

Èt dès corons d’ Mâmedi tot d’chindant j’qu’à Djodogne
On dîreûve qui lès mots d’ nosse pitite Walonîye
Tot passant pa Nameur, Châlèrwè ou Bastogne,
Âront faît su pont d’ timps one tote grande sinfonîye.
Nosse lingadje
(Adaptation en wallon namurois de Chantal Denis de  :
La langue de chez nous d’Yves Duteil)
RETOUR HAUT DE PAGE                  RETOUR à la page DIVERS
La langue de chez nous

C'est une langue belle avec des mots superbes
Qui porte son histoire à travers ses accents
Où l'on sent la musique et le parfum des herbes
Le fromage de chèvre et le pain de froment

Et du Mont-Saint-Michel jusqu'à la Contrescarpe
En écoutant parler les gens de ce pays
On dirait que le vent s'est pris dans une harpe
Et qu'il en a gardé toutes les harmonies

Dans cette langue belle aux couleurs de Provence
Où la saveur des choses est déjà dans les mots
C'est d'abord en parlant que la fête commence
Et l'on boit des paroles aussi bien que de l'eau

Les voix ressemblent aux cours des fleuves et des rivières
Elles répondent aux méandres, au vent dans les roseaux
Parfois même aux torrents qui charrient du tonnerre
En polissant les pierres sur le bord des ruisseaux

C'est une langue belle à l'autre bout du monde
Une bulle de France au nord d'un continent
Sertie dans un étau mais pourtant si féconde
Enfermée dans les glaces au sommet d'un volcan

Elle a jeté des ponts par-dessus l'Atlantique
Elle a quitté son nid pour un autre terroir
Et comme une hirondelle au printemps des musiques
Elle revient nous chanter ses peines et ses espoirs

Nous dire que là-bas dans ce pays de neige
Elle a fait face aux vents qui soufflent de partout,
Pour imposer ses mots jusque dans les collèges
Et qu'on y parle encore la langue de chez nous


C'est une langue belle à qui sait la défendre
Elle offre les trésors de richesses infinies
Les mots qui nous manquaient pour pouvoir nous comprendre
Et la force qu'il faut pour vivre en harmonie

Et de l'Île d'Orléans jusqu'à la Contrescarpe
En écoutant chanter les gens de ce pays
On dirait que le vent s'est pris dans une harpe
Et qu'il a composé toute une symphonie

Et de l'Île d'Orléans jusqu'à Contrescarpe
En écoutant chanter les gens de ce pays
On dirait que le vent s'est pris dans une harpe
Et qu'il a composé toute une symphonie.